Dissertation - Le monstre

Page 4 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les monstres figurant dans la littérature (tels que les ouvrages "La Belle et la Bête" ou encore "Notre-Dame de Paris") nous procurent un choc et déclenchent une remise en cause: de part leur aspect physique, souvent facilement remarquables, des caractères physiques leur sont propres (dents pointues pour les vampires...), ainsi ils sont parfois amenés à choquer les gens dits normaux.
Dans le roman "La Belle et la Bête", c'est le lecteur qui doit réfléchir à la situation, on se remet en cause face à la condition de vie de ces monstres. Le terme "monstre", employé pour n'importe quel être ne nous plaisant pas, est quelques fois exagéré, en effet, nous ne pouvons pas nous permettre de qualifier des personnes différentes de monstre simplement parce qu'elles diffèrent, le vrai monstre, c'est juste, dit brièvement, celui qui veut le mal.

Les mots-clés peuvent s'apparenter à: monstre, choc, remise en cause.

La reformulation à: Comment le lecteur, à travers les figures du monstre, peut-il avoir un choc et une remise en cause?

Problèmatique: A quel stade le monstre peut-il vraiment choquer? Qu'est ce qui amène le lecteur à réfléchir sur lui-même?
avatar
Laura Facon

Messages : 2
Date d'inscription : 10/12/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le monstre est distingué sous quatre grandes formes : cela peut être un monstre physique, social, psychologique ou encore moral. Le terme est en général péjoratif mais le jugement d'un monstre peut évoluer au fur et à mesure d'une œuvre, la tendance de "Qui est le monstre" peut même totalement s'inverser (exemple de la série Black Mirror visionnée en classe ou même l'histoire de Le Bossu de Notre-Dame)
Un monstre peut provoquer une remise en cause, sur ce que nous sommes vraiment et nous amener à des questions existentielles telles que "Suis-je un monstre aussi?". C'est un effet de l'auteur qui permet à la fois de captiver, et peut-être de changer une vision du lecteur sur un certain sujet.

Je pense qu'on attend un travail autonome où l'on donne sa vision personnelle du monstre, à l'aide d'exemples pour les différentes catégories auxquelles il peut appartenir.

Mots-clés = figures, monstre, choc/remises en causes

Problématiques possibles :
- Comment l'auteur parvient-il à faire du monstre un outil de réflexion? (aussi une reformulation du sujet)
- Comment la vision du monstre change-t-elle à travers les époques?
avatar
Mattéa Girardot

Messages : 2
Date d'inscription : 10/12/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Aujourd’hui nous avons catégorisé les monstres en 3 groupes distincts qui peuvent d’ailleurs très bien se compléter. Ce sont les monstres sociales, physiques ou morales.
Lorsque nous évoquons le terme de monstre à des enfants, ils mentionnent régulièrement des personnages au corps laids (La créature de Frankenstein), aux capacités surhumaines (Superman) car à n’importe quelle époque de notre société, nous nous sommes permis de créer des individus aux physiques atypiques, qui plus est, sont régulièrement des mauvaises personnes mentalement parlant (but: crée des morales et simplifier les côtés bons/mauvais avec des êtres déjà différenciés). Mais sachant que les monstres comme évoqués précédemment n’existent pas, ne serait ce pas un moyen de permettre aux humains d’extérioriser et d’imager leurs pensées face à des êtres qui leurs déplaisent et de pouvoir faire mieux ressortir la méchanceté et surtout une morale ? En réalité, les monstres sont humains, ils ne sont juste pas humainement considérés comme des gens normalement socialisés de par leur typicité. C’est ainsi que l’on comprend les 3 catégories qui étaient données.
Les mots clés qui ressortent dans cette idée de monstre sont : le choc, la remise en cause, lecteur, monstre.
C’est alors que nous pouvons nous poser la question, à quelle intensité un monstre peut-il choquer, angoisser et remettre en cause une idée ?
avatar
JACQUES Audrey

Messages : 3
Date d'inscription : 10/12/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Tout d’abord il faut commencer par définir le terme de figure qui s’emploi dans différent sens, puis celui de « monstre » qui a plusieurs facettes (physique, psychologique ect..) et savoir que à l’heure actuelle cette idéologie à proprement dis de monstre n’a pas toujours été celle d’aujourdhui. Puis alors on pourra se demander par quel moyen cette figure entraîne t’elle un choc, et par quel moyen elle crée une remise en cause chez le lecteur
Je vous proposerai donc comme problématique:
*Comment l’ideologie du monstre entraîne t’elle forcément un sentiment de crainte chez le lecteur?
avatar
Victor Papon

Messages : 2
Date d'inscription : 05/12/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Il existe de nombreux types de monstres : physiques, morales, sociales. Le monstre peut choquer le lecteur par son apparence. Dans un texte littéraire, lorsque le mot monstre apparaît notre imagination voit une personne peu attirante, voir repoussante. De plus, le monstre peut-être une personne qui se comporte de manière horrible et donc de créer un sentiment de peur chez le lecteur. Le lecteur peut se remettre en cause, et se demander si lui aussi il est un monstre. En effet, le monstre est une personne de tous les jours donc n’importe qu’elle personne peut-en devenir un. Nous pouvons nous demander : pourquoi l’auteur se sert-il du monstre afin de remettre en question le lecteur ? Ou encore : pourquoi le monstre est utilisé pour faire réfléchir les lecteurs ?
avatar
Marjorie Guillemin

Messages : 2
Date d'inscription : 06/12/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum